Le terme de défiscalisation est bien connu des épargnants, mais ce qu'il recouvre l'est beaucoup moins. En dehors de quelques produits phares, comme le dispositif de réduction d'impôt créé par la loi Pinel, il existe une multitude de possibilités, beaucoup moins connues et parfois même très confidentielles, pour diminuer légalement l’impôt sur le revenu. Diminution de l’impôt et diversité des dispositifs sont les éléments qui composent le vaste continent de la défiscalisation. Un autre élément à prendre en considération est le profil de l'épargnant. Un placement ne peut être véritablement judicieux que s'il est adapté à ce profil.


Définition de la défiscalisation en France

Les différentes formes de diminution de l'impôt sur le revenu

Il y a souvent une confusion entre la diminution et la réduction de revenu. La diminution est la conséquence de tout processus de défiscalisation. La réduction est un des processus de défiscalisation. Chaque processus rassemble plusieurs dispositifs de défiscalisation et chacun d'entre eux correspond à une ou plusieurs règles avec ses exceptions.

Il y a 5 processus de de défiscalisation :

Définition de la défiscalisation en 2018

La diversité des dispositifs

D'une manière générale, les dispositifs peuvent être classés en deux grandes catégories : les dispositifs de défiscalisation immobilière et les dispositifs de défiscalisation financière. A titre d'exemple, la loi Pinel ou les dispositions relatives au déficit foncier se classent dans la première catégorie. A l'inverse, un PERP, plan d'épargne retraite, ou des parts d'un fonds euro se classent dans la seconde.

Le profil de l'épargnant

Le rendement d'un dispositif pour un placement est variable. Il dépend principalement du taux marginal d'imposition de l'épargnant. Il dépend également du plafonnement à 10 000 euro des niches fiscales.